Le Regroupement pour la mise en valeur

du secteur de la rue Saint-Laurent a 25 ans! 

Lévis, le 4 octobre 2017-Le Regroupement pour la mise en valeur du secteur de la rue Saint-Laurent, à Lévis, a 25 ans et son Conseil d'administration vient de tenir sa 250e réunion! Ce comité de citoyens œuvre en effet depuis un quart de siècle à l'amélioration de la qualité de vie des quelque 1000 résidents du secteur de la rue Saint-Laurent, sur près de huit kilomètres le long du fleuve.

Le Regroupement a participé d'une façon ou de l'autre aux principaux projets ayant marqué la vie du secteur depuis le début des années '90. L'une de ses plus grandes réussites est le Nettoyage des berges, lequel se tient à tous les deux ans. Le prochain est d'ailleurs prévu pour l'été 2018.

Le Regroupement, malgré de nombreux efforts, n'a pas réussi à convaincre Valero à enfouir les tuyaux qui défigurent la rive du fleuve. Sa participation au comité d'embellissement de Valero a, par contre, mené à la réalisation des fresques qui recouvrent depuis peu les deux réservoirs du terminal. Des projets visant l'atténuation visuelle des tuyaux sont actuellement en discussion.

Il y a deux ans, le Regroupement s'est opposé publiquement à la tentative de Valero de mettre la main sur les résidences entourant ses installations de la rue Saint-Laurent. Devant la pression de l'organisme, la raffinerie a heureusement abandonné ce projet.

Parmi les actions dont le Regroupement est le plus fier, notons la participation, avec une douzaine d'autres organismes, au projet d’aménagement d'une piste multifonctionnelle tracée à même l'ancienne voie ferrée. Celle-ci a été réalisée par la Ville en 2000 et le Parcours des Anses, long de 14 km en bordure fluviale, est depuis utilisé depuis par des dizaines de milliers de personnes chaque année.

Le Regroupement se réjouit, par ailleurs, d'avoir contribué aux percées visuelles réalisées par la Ville le long de la berge. Il poursuit ses efforts auprès de la municipalité pour que soient faites d'autres percées plus à l'ouest et que soient entretenues celles effectuées.

C'est également le Regroupement qui a lancé l'idée de l’installation de panneaux d’interprétation historique et patrimoniale que les promeneurs peuvent consulter en circulant le long du Parcours des Anses. En 2005, Le Regroupement avait aussi conçu, documenté et organisé, dans le cadre des Journées de la culture, une exposition de photos et d’artéfacts intitulée «L’Anse Tibbits : des Amérindiens à nos jours  la vie quotidienne».

Des démarches du Regroupement ont mené à l’amélioration du parc de L’Anse Tibbits dont l’installation de jeux d’eau, notamment, est fort appréciée des jeunes familles. La même année, soit en 2016, le Regroupement s'est opposé publiquement au projet Énergie-Est qui menacerait sérieusement l'environnement immédiat des résidents.

Parmi ses objectifs actuels, mentionnons le retour de la baignade au fleuve et le nettoyage du site de l'ancienne usine L'Hoir, à l'abandon depuis des années.

« Depuis 25 ans, le Regroupement a démontré par ses actions l'importance pour les citoyens de s'occuper directement des affaires qui les concernent. Ils peuvent influencer les décisions des autorités, tenter d'empêcher la réalisation de projets contestables pour les résidents et promouvoir ce qui est souhaitable » a commenté l'actuel président, M. Émilien Bouffard.

Le Regroupement pour la mise en valeur du secteur de la rue Saint-Laurent tiendra sa 25e Assemblée générale annuelle le mardi 24 octobre, au chalet du parc Saint-Laurent (Anse Tibbits). Les citoyens sont invités à y participer en grand nombre.

On peut consulter le site Web du Regroupement : www.ruesaintlaurent.org

 

Source :

Claude Grégoire

418 833-0156

 

Information:

Émilien Bouffard

418 304-0954

Photo

Le Conseil d'administration du Regroupement pour la mise en valeur du secteur de la rue Saint-Laurent : (rangée du bas, de gauche à droite) : François Bilodeau, Huguette Gagnon, Pierre Gouin, Lucas Holmes; (rangée du haut, de gauche à droite) Émilien Bouffard (président), Nancy Caron, Claude Grégoire et Étienne Germain.