Ferme Chapais : comment lui donner une nouvelle vie?

Aude Malaret 21 nov. 2019 06:46  - Journal de Lévis

Que deviendra la ferme Chapais? L’immense site de 40 hectares situé en plein cœur de Lévis attise bien des convoitises. Alors que la Ville a déjà exprimé sa volonté d’en devenir propriétaire, c’était au tour des citoyens de faire part de leurs idées.

Près de 350 citoyens et membres d’organismes lévisiens ont participé à deux consultations publiques sur l’avenir de la ferme Chapais organisées par la Société immobilière du Canada (SIC), mandatée par Agriculture et Agroalimentaire Canada, l’actuel propriétaire, qui veut s’en départir.

La SCI mène présentement un processus d’évaluation, dont les consultations publiques sont la première étape. La Société va à la rencontre de la communauté afin de «comprendre quels sont ses besoins et ses attentes» avant la requalification du site. «On en est au tout début du processus de réflexion», a souligné la SCI qui analysera ensuite les perspectives de mise en valeur.

Le 13 novembre à Lévis, la Société a donc recueilli les commentaires et les propositions des participants qui étaient invités à réfléchir au potentiel du site, avant sa vente à un acquéreur ou une éventuelle acquisition par la Société elle-même. Une possibilité que n’a pas exclu sa représentante.

Pas de projet sur la table 

 Aucun projet n’est sur la table aujourd’hui. Rien ne dit non plus que c’est l’option de l’acquisition par la SIC qui sera retenue. Mais, à titre d’exemple, la SIC exploite une vingtaine d’infrastructures partout au Canada. Un des mandats de cette société d’État est en effet d’acheter «tout ce qui est excédentaire des ministères pour le valoriser, le qualifier et lui redonner une autre vie».

«On n’a pas encore acheté le site. Mais avant de l’acquérir, il faut voir ce que vous voulez en faire. On va étudier et analyser les scénarios, a-t-elle répondu à la question d’un citoyen. À partir de là, c’est Agriculture Canada qui va décider s’il va nous vendre le site, s’il va nous le donner. Ce qu’il va faire avec, ça lui appartient. On n’a pas encore de projet.»

Interrogée ensuite sur la valeur foncière de la ferme Chapais, la représentante de la SIC a expliqué qu’aucune évaluation n’a encore été faite puisque la valeur d’un site est dépend de sa fonction. Le site d’un parc a une valeur différente d’un site industriel, a-t-elle illustré.

Un zonage conservation

Depuis la relocalisation des activités de la ferme Chapais en 2014 à Saint-Augustin, «Agriculture et Agroalimentaire Canada n’a pas les moyens de gérer un tel site.» C’est pourquoi le ministère qui ne possède pas l’expertise pour réaliser ce projet, l’a confié à la SCI.

Si certains participants à la consultation ont soulevé la comparaison avec les terres des Sœurs de la Charité à Québec, l’architecte et designer urbain, Érick Rivard, a expliqué qu’elle s’arrête au fait que les terres ont, dans les deux cas, été cultivées.

«Les terres des Sœurs de la Charité sont à l’extérieur d’un périmètre d’urbanisation, zonées agricoles et protégées par la Commission de protection du territoire agricole du Québec. Ici, c’est à l’intérieur du périmètre d’urbanisation et il n’y a pas de zonage agricole sur le site. C’est un zonage de conservation et de récréation, qui permet par exemple un parc.» C’est même «à peu près» la seule utilisation actuellement autorisée, a-t-il estimé.

Une perspective qui séduit bon nombre de citoyens qui voient aussi diverses utilisations récréatives ou communautaires du site. Lors de la soirée de consultation, ils été nombreux à mettre de l’avant la valeur naturelle et patrimoniale de la ferme Chapais. Beaucoup ont demandé que la faune et la flore ainsi que la quiétude des lieux soient protégées dans les projets à venir. «C’est beau et il faut que ça reste beau», a lancé un citoyen. Avant qu’un autre participant illustre cette volonté populaire : «c’est un diamant brut, à vous de le sertir correctement».

Parcours des Anses à Lévis: la pluie et le dégel menacent la piste cyclable

Le parcours des Anses à Lévis est fermé sur une distance de 850 mètres en raison d’un risque d’éboulement, causé par la période de pluie abondante et de dégel.

Texte de Judith Desmeules

Le Soleil, 23 mai 2019

Des commerçants bien au fait de la situation

À la suite de l’annonce par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, du futur déploiement de la stratégie commerciale du secteur de la Traverse, des commerçants ont fait le point sur la situation du quartier qui a vu deux entreprises, le restaurant Barbacoa et la franchise Tim Hortons, fermer leurs portes dans les dernières semaines.

Un texte de Alexandre Bellemare du Journal de Lévis du 14 mai 2019

Photo de Aude Malaret

Action demandée sur le site L'Hoir

Dans une lettre transmise le 8 mai au maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et au conseiller municipal du district Notre-Dame, Steve Dorval, le Regroupement pour la mise en valeur de la rue Saint-Laurent demande que la Ville de Lévis ne tolère plus le «manque d’entretien et la dangerosité du site de l’ancienne usine L’Hoir»..

Texte de Erick Deschênes dans le Journal de Lévis du 14 mai 2019

Photo courtoisie du Journal de Lévis

Secteur du quai Paquet à Lévis: encore 10 à 15 ans de travaux

Le Soleil Partager La Ville de Lévis a encore de grands projets pour le secteur du quai Paquet retapé à coup de dizaines de millions de dollars. Après un autre été de travaux routiers, la mairie lancera la deuxième phase de sa vision pour le quartier qui assurera sa renaissance économique, selon le maire Gilles Lehouillier. Mais cela implique des constructions: il pourrait y avoir des chantiers encore durant plus d’une décennie.

Baptiste Ricard-Châtelain

Le Soleil, le 9 mai 2019

Source de l'image: Ville de Lévis

Mort annoncée de la Maison Rodolphe-Audette

Texte de Huguette Gagnon de Lévis, publié le 3 novembre 2018 dans le Soleil

Photo de Patrice Laroche

Rodolphe Audette, 5e président de la Banque Nationale, devant le Tribunal de l’histoire

Publié le 16 août 2014, site web du Comité de quartier du Vieux-Lévis

Démolition de maisons patrimoniales: là où le crime paie?

Huffingtonpost, Huguette Gagnon, 21 aout 2018

Lévis repousse sa décision de démolir la maison Rodolphe-Audette

Le sort de la maison Rodolphe-Audette à Lévis sera finalement connu le 29 octobre 2018. Le conseil de la Ville repousse sa décision de démolir ou non la résidence du Vieux-Lévis « afin de prendre le tems de bien analyser le dossier ».

Oubliez Énergie Est, c'est en Colombie-Britannique que la vraie controverse sur les pipelines va se tenir, et ça promet! C'est bien fait pour les politiciens et la presse anglophone qui ont dénigré le Québec à cause de nos réticences devant le projet de TransCanada. Le vrai débat va se faire ailleurs que chez nous, et c'est un vrai casse-tête pour le gouvernement Trudeau.

Please reload